Propreté: la pression et les couches à la poubelle

Ce matin, j’ai très humblement envie de vous parler de pipi. Humblement car un enfant n’est pas l’autre et les trucs qui ont marché ici ne marcheront peut-être pas ailleurs. Mais je vais au moins vous parler des conseils qui ont fonctionné pour nous, des achats inutiles et des bonnes astuces. Cela exclut bien entendu toutes les remarques qui fichent la pression le dimanche autour du poulet intergénérationel: "Elle n’est pas encore propre??? Vous l’étiez à 2 ans PILE! Faut dire on en a passé des heures sur le petit pot avec toi" (=> respire, lève les yeux au ciel ou fais une position de yoga dans ta tête).

Au cours de ces 6 derniers mois, j’ai screenshoté à peu près tous les articles du genre "10 conseils pour passer le cap de la propreté en harmonie" qui passaient par mon fil d’actu, j’ai aussi (tu me connais maintenant) acheté un guide Marabout, commandé des culottes dites d’apprentissage hors de prix…

NB: ces culottes d’apprentissage sont en fait une vaste blague. Un truc transitoire pour parent frileux qui n’a pas encore saisi que si, il faudra un moment donné ramasser du pipi à la serpillère. C’est comme ça. Ceci dit, elles étaient canonnes ces couches version Woodland ou animaux de la mer, j’avais craqué pour finalement les utiliser…une fois. Couche d'apprentissage propreté woodland

Les conseils d’articles, d’amies et de livres qui m’ont finalement vraiment été utiles, les voici:

  • Ne pas s’acharner, attendre que l’enfant soit prêt, remettre les choses à plus tard si nécessaire
  • Féliciter, autrement dit, apprendre à faire la danse de la joie autour du pot. Il y a beaucoup de trucs très psy dans la littérature sur le potty training que j’ai trouvé un peu coupeur de cheveu en 4: ne pas le féliciter sinon l’enfant ne fait pas ses besoins pour les bonnes raisons, enfin…zut quoi, chez nous, Hanaé a super bien réagi aux félicitations parce que ça la rendait fière intrinsèquement de se sentir grande et voilà tout. On peut lire aussi qu’il ne faut surtout pas récompenser, là aussi, on lui a donné un carré de kinder quand elle faisait caca dans le pot pendant les 3 premiers jours et je ne pense pas avoir pour autant hypothéqué sa santé mentale.
  • Enlever totalement la couche et ne pas faire d’entre deux, même pour aller faire les courses, ON NE REMET PAS LA COUCHE (toujours le parent frileux qui reprend le dessus, on est comme ça nous les parents, notre bête noire c’est le pipi sur le siège auto, alors on craque, normal)

Le problème d’attendre que l’enfant soit prêt, c’est cette fichue pression mise par l’école. Surtout chez nous où on commence à 2 ans et demi. (Même si j’ai été heureuse d’apprendre que des classes d’accueil acceptaient des enfants pas encore propres). On a un peu plus de temps à Doha, l’école commence à 3, voir 4 ans. Mais un jour, on en a juste eu par-dessus la tête de changer des couches crasseuses (souillées c’est plus joli et bien puante c’est plus proche de la vérité).

Notre petite expérience pour ce qu’elle vaut: toute cette histoire de propreté me trottait donc dans la tête mais j’avoue, en bonne maman qui suit la loi du moindre effort pour certaines choses, je n’avais pas franchement agi. Un essai de quelques jours m’avait vite fait réaliser l’inutilité du truc: Hanaé s’en fichait bien de se faire dessus. Il faut dire, jamais elle n’a pleuré une seule fois pour être changée, le genre de bébé que le caca collé aux fesses ne dérange pas! Elle avait alors deux ans et 3 mois.

On a continué à lui lire des livres sur le sujet. "Qu’y a-t-il dans ta couche?" Qu'y a-t-il dans ta couche?cette version animée d’une petite souris qui farfouille dans la couche d’autres bébés animaux avait le don de la faire bien rire tout au plus. Et nous de lui répéter très souvent: bientôt, fini la couche hein poussin? Toujours pas de passage à l’acte de notre côté (flemmards).

4 mois plus tard, je ne sais pas exactement dire ce qui a changé mais son langage a bien évolué et j’ai senti qu’elle comprenait bien mieux tout un tas de choses. Deux mois plus tôt, elle devenait enfin capable de s’endormir sans notre aide et j’ai senti un bon feeling au niveau de son autonomie.

J’ai donc écouté une amie me conseillant de faire le grand saut: ôter la couche sans plus la remettre sauf pour le dodo. On a alors rangé les tapis, sécurisé le périmètre de notre salon et acheté de jolies petites culottes. On lui a annoncé que ça y est elle pouvait le faire, (on a un peu bluffé aussi bien sûr), on lui faisait confiance: fini la couche!

C’était un vendredi aprem, et après un week-end de confinement à la maison et une attention de tous les instants sur fond de disque rayé "tu veux faire pipi?", le bilan s’est avéré super positif: 2 pipi en dehors du pot.

On a recommencé à sortir et voilà THE accessoire qui nous a sauvé les pic nic au parc, les visites au centre commercial, ou même les resto…le pot de voyage! Je n’y croyais pas trop en l’achetant mais c’est un très bon investissement d’une vingtaine d’euros. Il est vendu (chez Mother Care à ma connaissance) avec des petits sachets au fond absorbant, il se déplie n’importe où et peut aussi servir de réducteur.

pot de voyage avec sac jetable

Pot de voyage pliable 2 in 1 pottete plus

Ce 2 in 1 Pottete Plus est devenu notre ami! Je lui ai même cousu un petit sac pour l’emmener partout ni vu ni connu! Sac réversible DIY

Une semaine après avoir enlevé la couche, Hanaé est retournée à la crèche et tout a bien roulé. Ce qui a marché à mon avis? Le fait d’avoir attendu, le fait qu’elle nous sente déterminés, qu’il n’y ai pas eu de retour en arrière, le fait d’avoir caché notre agacement au début quand elle restait 10 ans sur le pot à chanter des chansons et notre énervement quand il a fallu ramasser des crottes, et le fait de se sentir responsabilisée, elle a les yeux qui pétillent quand on lui dit: on te fait confiance, tu es grande.

La nuit elle porte encore des couches qui restent sèches la plupart du temps. Mais ouiii le parent frileux est de retour:  je n’ai pas envie de faire la java du changement de drap à minuit donc stand by pour l’instant.

Ceci dit hier elle m’a appelé pour aller aux toilettes à deux heures du mat’ (chérie tu faisais tes nuits depuis quoi…3 semaines???) En bref, ma conclusion? Rien ne sert de se mettre la pression, les enfants nous adressent des signes, et s’acharner avant sous prétexte d’âge nous donne beaucoup plus de travail à nous parents, et beaucoup plus de stress à eux, enfants.

Plus que quelque chose qui s’apprend tel un conditionnement, devenir propre, c’est peut-être davantage un bon moment à saisir? Sans trop de pression, j’ai le sentiment que les enfants ont un don pour s’emparer eux-même de leur autonomie sans avoir finalement trop besoin de nous.

Vous en pensez quoi?

Enceinte et déprimée c’est possible (ou comment je me suis réconciliée avec ma deuxième grossesse)

Depuis la naissance de ma première fille, je ressentais une petite impatience à l’idée de revivre une grossesse, bien sûr cette impatience était parfois bien cachée au fin fond des nuits trop courtes où on se dit toutes à un moment critique "plus jamais". Mais globalement, j’étais très excitée à l’idée de revivre une grossesse moins stressante, qui n’arrive pas comme un cheveu dans la soupe de ma vie cette fois. (Souvenez-vous)

Et puis tout s’est déroulé comme prévu: attente (très courte), découverte et hop c’est parti pour 9 mois de bonheur. Quoi c’est pas ce qu’on avait dit???

Mais tout est un peu moins…spécial pour une deuxième grossesse il faut bien le dire, on connait les sensations, les gens (pas tous heureusement) sont un peu moins emballés (est-ce que je vous raconte les phrases du genre "vous avez du mal avec un mais alors 2!" quand ton Terrible Two est en crise?), la fatigue avec un premier est aussi un peu plus harassante.

L’un de mes défauts est de devenir négative et ultra chiante quand je commence à fatiguer mais alors remettez là-dessus une bonne dose d’hormones et un zeste de nausées, cocktail parfait, me voilà devenue exécrable. Absolument tout ou presque m’a soulé pendant 3 mois, je gardais ma petite énergie positive pour m’occuper péniblement de ma fille après le travail et au diable le reste du monde!

Un nuage noir s’est donc formé au-dessus de ma tête en ce début de grossesse car oui c’est ça le hic, plus tu te dis: "tu as tout ce que tu voulais, tu es enceinte et même pas contente", plus tu déprimes. Je me suis inscrite sur un forum de juilletistes 2016 mais l’exaspération était à son comble. Quand tout le monde sentait déjà son bébé bouger (à 10 semaines, vraiment???) et s’échangeait des photos de ventre rebondi, le mien était seulement en mode "J’ai trop bouffé pendant les fêtes" et je ne sentais absolument rien. En plus il y a souvent une Laura, super maman enceinte pour la 4ème fois et méga épanouie qui donne des conseils à toutes et qui appelle son gynéco son "gygy"…et son mec "Zhom" (2 minutes, je vais vomir). Je me suis donc retrouvée à googler "enceinte et déprimée" mais je suis tombée sur des femmes toxico et/ou battues ET enceintes…ouais bon fallait peut-être pas exagérer. Si mon mari avait eu la délicatesse de m’offrir un baume raffermissant pour les seins comme premier cadeau de grossesse, il était quand même mignon à vouloir me préparer de bonnes soupes aux poireaux pour m’éviter de cuisiner.

Ca m’aurait sans doute aidée de me sentir "physiquement resplendissante" mais j’ai été plutôt bien amochée par cette fatigue. Concernant le fameux "ne mangez pas deux fois plus mais deux fois mieux", on repassera! Mes huiles anti bidules machin sont restées sur le bord de mon lavabo et les livres/guides sur la grossesse pas lus la première fois sont restés dans mon tiroir. Bordel ça finit quand ces 3 mois? Quand c’est que je deviens mielleuse avec mon ventre et que je me mets à ratisser les sites de layette?

Et bien c’est maintenant! La guérison est apparue entre la 17 et 19ème semaine. Comment? Les hormones sans doute me fichent un peu la paix mais je pense que ces quelques points n’ont pas été étrangers au retour de ma paix intérieure:

  • Bye les nausées, bye la fatigue, je n’y croyais plus mais enfin je peux à nouveau regarder un film après 19h30.
  • Un petit bonhomme a pointé le bout du nez dans mon entourage et a illuminé ma semaine. Je me suis souvenue comme ça sentait bon les bébé!
  • Signe extérieur de grossesse: mon ventre ressemble enfin à quelque chose et les gens commencent à poser dessus ce regard attendri et non plus interrogateur du genre "elle est enceinte ou elle est juste grosse?"
  • J’ai réouvert mon tiroirs et ce livre m’a vraiment donné l’envie d’être maman à nouveau (avec l’accouchement à domicile, chant prénatal en moins et la péridurale en plus), il envoie valser les Laurence Pernoud et autres donneuses de leçons du temps passé. Il offre une vraie nouvelle perspective pour les mamans, j’ai aimé me replonger dans le monde de la maternité avec ce bouquin. L’allaitement m’a même paru complètement faisable et sympa. Je vous le conseille!
  • giug
  • Dans la foulée, le livre de Muriel Ighmouracène dans lequel elle raconte façon journal intime toutes les aventures de sa grossesse est redevenu super drôle à mes yeux. 9782035870407
  • J’ai appris que ce bébé était une fille, j’ai pleuré de bonheur pour la première fois depuis le début de la grossesse et dans la foulée, elle s’est mise à gesticuler. Par-fait!
  • Le Monoprix a sorti son chocolat de Pâques et a amené jusqu’à Doha, ceci: Unknown Il suffit parfois d’un rien pour nous redonner le sourire!

Enceinte et déprimée en bref: c’est donc tout à fait possible! Je vois mes copines me dire: "mais enfin on savait pas que tu étais déprimée!" et c’est ça la subtilité du truc, t’es vachement gênée de dire que non tu ne te sens pas forcément épanouie parce qu’en fait tu ne te sens même pas vraiment enceinte (quand tu lis un peu partout que certaines sentent de suite en elle la vie???) La réaction attendue est celle du syndrome "je me touche le ventre en rêvassant".

Alors en cas de déprime, chacune doit se mettre en quête pour trouver LE chocolat Milka ou l’autre chose qui redonnera confiance, envie! (je m’en vante un peu moins mais je me suis aussi fait toutes les saisons de Gossip Gril) La fin des mal-êtres physiques sonnera en principe le glas de toute déprime et si ce n’est pas le cas, aller en papoter avec une doula peut aider? Je n’ai pas testé mais les doulas, ce sont les accompagnantes de grossesses qui peuvent tout entendre et aider à surmonter nos angoisses, déprimes, et autres bizarreries de femmes enceinte.

Me voilà fin prête pour vous parler de ce deuxième bébé qui arrive, de mes coups de coeur, des sites sur lesquels je traine, etc. Après plus de 4 mois, ca y est je crois que la femme enceinte vient enfin de naitre!

 

 

 

Grande soeur

Elle a 2 ans et demi et un débit de parole infini…elle nous raconte avec ses mots bien à elle les aléas de sa vie. Elle nous regarde le plus sérieusement du monde si on ose rire et dit en se croisant les bras: "c’est pas rigolo!" Quelques minutes plus tard on entend à nouveau son rire tonitruant raisonner dans l’appartement. Elle nous fait mille fois la même blague en se cachant les yeux: "elle est ou Yéyé?", elle se trouve comique, ça se voit, et nous on joue le jeu.

Elle dit tout ce qu’elle aime, tout ce qu’elle trouve gai dans la vie. Elle fait un bruit de dingue à elle toute seule, ce qu’elle peut parler fort, elle crie au moins 65% de ses phrases! Mais qu’est ce qu’elle est positive… tellement. Elle nous fait bouffer de sa joie de vivre à toutes les sauces. En sortant des urgences pédiatriques à 1h du mat pour une sale gastro, elle balance encore pleine de vomi sur le pyjama: "c’est gaiiiii d’aller à l’hopital!"

Bien sur elle nous livre avec autant de panache ses émotions négatives. Elle peut hurler 4 mots identiques tout un trajet en voiture "veux voir les bateaux" et se foutre plein de bave dessus façon exorciste tellement elle s’énerve. Elle peut se rouler par terre pour du chocolat.

Sinon, elle est sympa pour son âge je trouve. Faut pas le nier les enfants de 2 ans et demi sont parfois détestables: pas de partage, pas de bonjour. Hanaé dit bonjour aux voisins dans l’ascenseur, aux passants. Elle reste derrière son pote qui grimpe au toboggan, elle le tient, on sait jamais qu’il se casse la figure. Elle fait des câlins à ses copines, elle découpe son dernier petit bout de biscuit en faisant mille miettes pour leur en donner. Je la tanne pour la politesse mais le partage, la sympathie, les "bonjour maman" avec la grosse patate du matin quand j’ai juste envie de dormir 4 heures de plus, elle ne fait pas exprès, ça vient d’elle.

J’adore sa personnalité parfaitement entière, généreuse et à la fois épuisante.

J’ai adoré sa façon de me mordre la cuisse quand je lui ai dit qu’un un petit frère ou une petite sœur arriverait en juillet prochain. Son grand non sincère quand je lui ai demandé si elle voulait voir sa photo en noir et blanc. Sa façon bien à elle de vouloir à tout prix un bébé garçon.

Elle a compris ce que ça voulait dire en voyant la petite soeur de son copain Basile. Un petit machin de 2 semaines qu’elle a regardé de longues secondes la bouche grande ouverte.

Pas évident encore de me projeter dans la vie de maman de 2, je ne sais pas si je serai une bonne mère avec un duo d’enfants, si j’aurai assez de place dans le cœur mais j’arrive parfaitement à l’imaginer elle. Hanaé en grande sœur, la sœur d’un joli petit bébé fille…

 

PicsArt_1456295789417

 

Montessori way: les produits Melissa and Doug

Les jolis jouets en bois Melissa and Doug sont dispo à Doha! Quelle bonne surprise de les découvrir dans une petite boutique cachée ou presque d’un centre commercial dans lequel je me rends très souvent..

Je les avais repérés en faisant une recherche "jeux Montessori" sur Amazon, j’avais d’ailleurs glissé la planche à verrous dans la wishlist de Noel. Plus besoin d’Amazon et c’est pas plus mal!

Voici une sélection de jeux sympas pour les 2-3 ans à moins de 25 Euros:

  • Beginner Pattern Blocks. 5 planches en bois imagées recto verso avec formes manquantes que les enfants doivent replacer. Hanaé en était très fan à la crèche! Dès 2 ans, 24,99

2587ef642d31d85c397400444a41159e.jpg (1200×991)

  • La planche cache-cache à verrous. Les enfants passent un temps infini à découvrir comment ouvrir et refermer les portes. Ce jeu intrigue à partir de 2 ans! Derrière les portes se trouvent des petits animaux à compter. 24,99 Planche a verrous Melissa and Doug
  • Reutilisable stickers pad. Grande période de stickers chez nous. Ce pack comporte 5 scènes et 175 autocollants réutilisables. 9,99 Stickers réutilisables Melissa and Doug

L’ours à habiller. Parfait pour apprendre à faire et défaire un bouton, remontrer une tirette, ouvrir, fermer un ceinture, lacer des chaussures,…pas avant 3 ans (il me semble vu notre expérience du livre Petit ours Brun à habiller sur le même principe). 21,99 ours-a-habiller Melissa and DougVous trouvez beaucoup de puzzles, jeux créatifs, perles à enfiler et autres jeux d’imitation super sympas! Les prix sont raisonnables pour des jeux d’une bonne qualité.

Tant que je suis dans le Montessori mood, on se rendra bientot dans une école maternelle Montessori à Doha, faire une petite visite pour notre poulette en vue de la rentrée de septembre. Hâte de voir ce que l’école propose de sympa, en espérant qu’il ne s’agisse pas seulement d’une étiquette marketing.

Montessori Way: La boite à trier Edufun

 

Les mamans calmes (Happiness#2)

Faire l’exercice Hapiness après une semaine un peu pourrie, c’est un super plan pour le moral! En même temps je mets la barre haut en cherchant des moments de bonheur une semaine 1 de potty training. Sait-on jamais! Rien de particulièrement négatif mais une semaine de reprise au boulot crevante, des crises de colère de bon matin avec enfant qui se roule par terre et arrache son manteau en prime (quand tu es déjà en retard bien sûr sinon ce n’est pas "golo" comme dit ma fille)..ces merveilleux matins qui te donnent juste envie d’encastrer Isabelle Fillozat (j’espère que tu me pardonneras Isabelle, j’estime pourtant beaucoup ton travail mais certains matins …le retour au calme, se recentrer, les colères réparatrices, tout ca…c’est du poulet)

Mais il y a forcement eu de jolies choses si je cherche bien!

  • J’ai été la reine de la galette au boulot, même si je me suis presque cassée une dent sur la fève en porcelaine. Ben oui j’étais certaine que c’était une galette sans fève. La légende raconte: des Qataris se seraient laissés tenter par une galette des rois du Monoprix sans connaitre les traditions et se seraient justement…pété une dent. Du coup on ne trouvait pas de fève dans les galettes l’an dernier. J’ai donc avalé ma part en totale confiance.
  • Ma soeur est venue passer quelques jours à Doha, on s’est baladées, on a flâné, mangé, dormi, un rythme tranquillou pour une bonne semaine de repos avant la reprise.
  • J’ai arrêté 10 minutes d’harceler ma fille "Tu veux faire pipi sur le pot? T’es sure? Caca peut-etre? ben si si j’ai bien entendu une proute!" et j’ai pris le temps de colorier une citation du livre "Coloriages pour méditer" avec des citations du Petit Prince…inspirant! Un trop joli cadeau de Noel reçu par la même soeur. C’est bien de méditer quand ton enfant apprend à faire pipi sur le pot, c’est même…largement recommandé! coloriage pour méditer du Petit Prince
  • Mon amie Stéphanie a eu un peu de peine pour mon blog et s’est mise au travail pour lui redonner une touch…bientôt le résultat avec un tout nouveau thème…j’ai haaaate (voilà c’est dit tu ne peux pas abandonner steph).
  • Hanaé fait de grands pas en ce moment niveau langage, on rigole beaucoup. Parfois moins, quand elle soupire pensive en regardant par la fenêtre de la voiture un "puuutain" qui vient du coeur. Après une réaction débile de ma part (et carrément odieuse car oui oui j’ai osé m’énerver sur elle alors que "putain" sort de ma bouche 10 fois la journée), après moultes excuses je l’ai donc chargé de me gronder dès qu’elle entendait ce gros mot. Elle a compris tout de suite et prend son rôle très à coeur! Et je réalise que je le dis plus de 10 fois parfois. 

Voili voilou: j’ai revu Mother Fucker de Florence Foresti la semaine dernière et j’ai ri comme une baleine, un vrai bon moment de bonheur! Juste pour le plaisir, je vous partage un extrait découvert récemment "les mamans calmes", une formidable alternative quand tu ferais bien un feu avec les classiques du genre "Une nouvelle autorité sans fessée ni punition".

Parce que oui, je dois l’admettre, Crier, courir, moi aussi: la plupart du temps ce sont mes 2 piliers de l’éducation! (et viiiiiiive les coloriages pour méditer :-D)

Bilan de l’année 2015 en quelques questions

Joyeuse année à vous qui passez par là! Après des vacances bien mouvementées, de magnifiques aprem au coin du feu avec les cousins  nous revoilà à Doha avec au programme l’apprentissage de la propreté, ahah!

Pour commencer 2016, un petit récap de l’année 2015 qui vient de se terminer. Les questions sont piochées par-ci par là dans des questionnaires bilan trouvés sur le web.

Qu’as-tu fait en 2015 et que tu n’avais jamais fait auparavant? Prendre l’avion pour passer moins de 24 heures en Belgique, une fois pour dîner avec des proches et la seconde pour un concert très attendu (sans payer des tickets full je précise)

Quels pays as-tu visité ? Le Japon (Kyoto) en avril et Oman en novembre

Quel a été ton plus grand accomplissement de l’année? Voir ma fille grandir, la sentir épanouie, me dire bien plus souvent que toutes les années précédentes "Et ben là en ce moment je me sens heureuse"

Quel a été ton plus gros échec? Donner trop de temps et d’énergie pour un boulot qui n’en valait pas la peine et pour lequel je n’étais pas faite. Même si grâce à ce travail j’ai rencontré beaucoup de chouettes personnes, ça compense!

Où a été dépensé la plupart de ton argent?  J’ai dépensé pas mal en paniers Oxybul et Amazon (livres et jouets donc), les retours en Belgique coûtent aussi un bras parce qu’il y a toujours quelque chose à ramener qu’on ne trouvera pas au Qatar

Pour quoi t’es-tu réellement excitée? Un concert de Christine and the Queen, un retour en Belgique après quelques mois à Doha, un premier caca dans le pot, la visite de proches au Qatar, la rencontre de David Foenkinos

Quelles chansons associeras-tu à 2015? Thinking out loud (Ed Sheeran), Christine (Christine and the Queens) et Bam bim boum (Peppa pig)

En comparaison à l’année dernière, même date, tu te sens plus heureuse? Oui, après les vacances d’hiver, je continuais un boulot avec une boss affreuse et la boule au ventre tandis que je reprends le chemin de la nouvelle école l’esprit plutôt tranquille

Qu’est-ce que tu aurais aimé faire de plus et que tu n’as pas forcément fait? J’ai enfin une machine à coudre depuis quelques mois, je vois complètement le genre de choses merveilleuses que je pourrais réaliser mais je ne trouve pas le temps de m’y mettre un peu mieux que ça…

Quelle a été ton émission préférée? On n’a pas la télévision. Mes petites séries fétiches de l’année sont: Scandale et Downton Abbey.

Quelle a été ta plus grande découverte musicale? Inévitablement Christine and the Queens, un énorme coup de coeur.

Qu’est-ce que tu as voulu et eu? Un nouveau job

Quel a été ton film le plus marquant? Un homme idéal ou Jurassic World j’hésite…

Les livres qui t’ont marqué? Charlotte de David Foenkinos, Il n’y a pas de parent parfait d’Isabelle Fillozat et Kinderzimmer de Valentine Goby.

Quel âge as-tu eu et qu’as-tu fait le jour de ton anniversaire? j’ai eu 30 ans en 2015 et j’ai fêté ça à Doha avec des copines dans un bon resto

Qu’est-ce qui t’a fait le plus rire? C’est con mais après les horreurs des attentats à Paris, j’ai trouvé que Jawad et les jeux de mots associés arrivaient à point! J’en ai pleuré de rire…

Quelle est la chose qui aurait pu arriver et qui aurait rendu l’année encore meilleure? Plus de congés communs avec mon mari pour profiter d’un petit voyage en plus à trois

Une leçon de vie apprise en 2015? Que l’expatriation est une expérience très belle si on se donne le temps de s’adapter à son nouvel environnement. Les sentiments de manque, la difficulté à se sentir chez soi ressentis dans un premier temps m’ont fait rendre compte que ma maison, c’était ma famille directe: ma fille, mon mari. Je me dis qu’avec eux, je peux aller (presque) partout.

Qu’attends-tu de l’année 2016? Une bonne santé pour toute la famille, moins de petits microbes chopés à la crèche pour Hanaé, quelques soirées en amoureux en plus comparé à 2015, et pourquoi pas la préparation d’un nouveau projet d’expatriation excitant pour le moyen-terme?

Steph du blog Souris maman, si ça te tente de répondre aux questions, te voilà taguée!

A très vite… 12459977_10153742711940926_730330593_n

Elever une fille: les conseils tirés du livre

Il y a quelques mois, je m’inquiétais ici d’avoir à élever une fille avec toutes les difficultés que cela comporte. En bonne élève, j’avais donc mis sur ma liste de lectures pour l’été le livre du psychologue Australien Steve Biddulph "Elever une fille". 41WILiZ9k5L._SX352_BO1,204,203,200_

Je comptais y trouver quelques conseils par ci par là, des petites astuces mais à la place, j’ai plutôt reçu une claque! Elever une fille allait être encore plus ardu que ce que j’imaginais…

Malgré un gros coup de flippe sur un bon 200 pages relatives aux dangers qui les guettent (troubles alimentaires, drogue, alcool, internet et j’en passe), Steve accompagne superbement le parent en lui donnant confiance. Il créé une véritable philosophie sur le "comment" construire une femme qui sera solide, forte et remplie de confiance en elle. (BTW c’est aussi super intéressant pour comprendre ses propres failles de femme adulte!)

Petite note préambule: je me suis quand même dit sur les 80% de l’ouvrage que tout ce que je lisais, certes était très intéressant mais ne laissait pas pour autant le part belle aux parents de garçons. Les conseils dispensés peuvent carrément être élargis et à quelques points près, le livre aurait pu s’appeler Elever un enfant. Par curiosité, j’aimerais lire la version "Elever un garçon" qui a, en réalité précédé celle dont je vous parle aujourd’hui. Toutefois, ne nions pas sous prétexte d’un égalité à tout prix des différences de problématiques rencontrées dans l’éducation d’une fille et d’un garçon sous peine de passer à coté d’un bout de la réflexion (la thématique du rapport au corps par exemple est sensiblement différente).

Autre note préambule: Steve Biddulph n’est pas le dernier crétin mais un éminent psychologue qui documente absolument tout ce qu’il raconte, il puise aussi dans son expérience de thérapeute pour illustrer ses propos avec plein d’histoires très concrètes. Il est papa des 2 sexes et a beaucoup d’humour! Les ingrédients parfaits de mon point de vue pour un livre qui se dévore (même quand on est crevé et que l’on manque de temps).

Steve démarre au commencement et insiste sur notre rôle de parent: apprendre l’apaisement à nos enfants en étant conscients que plusieurs années leur seront nécessaires pour y arriver seuls.

J’ai eu une sorte de révélation en parcourant ce passage au cours duquel Steve explique: le calme n’est pas un trait de caractère mais bien une compétence qui s’acquiert. Cela permet de contrer la tendance à paniquer et prendre les mauvaises décisions. Toute petites, nous apprenons déjà à nos filles (et garçons) à réagir aux difficultés de la vie. Et Steve de rappeler que prodiguer beaucoup d’affection aux bébés les rendra forts et indépendants contrairement aux idées reçues. En bref, les premiers mois peuvent paraitre non productifs mais ils sont en fait l’activité la plus efficace de notre existence.

Je vous présente en vrac quelques infos tirées du livre qui vous donneront une idée de l’ampleur du champ couvert par l’auteur:

  • Selon qu’ils s’adressent aux filles ou aux garçons, les parents abordent les choses de façon différentes. A un garçon ils diront: bravo tu as construit une tour très haute et à une fille: bravo tu as construit une très jolie tour. Garçons= chiffres, filles= sentiments. Inconsciemment, nous orientons les garçons vers des choses pratiques et les filles vers les émotions.
  • Des études ont montré que des petites filles qui ont joué avec leur père à l’âge d’un ou deux ans sont plus résistantes au stress
  • Les enfants matraqués de mots et d’idées stimulantes ne possèdent pas un vocabulaire plus riche que les autres, les chercheurs ont découvert que les enfants dont le répertoire comptait le plus de mots sont ceux que les parents écoutent le plus.
  • Imposer une scolarité trop exigeante aux moins de 6 ans sape leur créativité, fait des enfants dociles et intimidés
  • La discipline repose en grande partie sur l’aide et l’apprentissage et non sur le conflit. Elle s’impose avec patience et encouragements. Elle apprend à l’individu à bien réfléchir, même sous pression, à se défendre et à connaitre ses limites.
  • Quand un enfant joue avec bonheur tout seul ou avec ses amis il s’adonne à la meilleure activité qui soit pour le développement de son cerveau
  • Entre 10 et 14 ans les filles n’ont pas besoin de moins mais de plus de notre attention et disponibilité (même si elle nous font croire le contraire)
  • Tout être humain possède une étincelle: un intérêt, un enthousiasme, un talent, une préoccupation qui dès lors qu’on les cultive leur procure une joie, une motivation. D’après Peter Benson spécialiste de l’adolescence, les enfants possédant une étincelle ont de meilleurs résultats scolaires, sont plus heureux, ont plus d’assurance, ont de meilleures interactions avec les adultes.
  • Aujourd’hui, les filles passent 5 fois moins de temps en compagnie d’adultes plus âgés qui tiennent à elles qu’il y a cinquante ans
  • Les adultes envisagent la télévision comme un divertissement. Cependant nos enfants s’en servent pour identifier ce qu’ils considèrent comme des comportements normaux.
  •  La consommation d’alcool en petites quantités durant l’enfance ou l’adolescence rend le cerveau plus vulnérable à l’alcool et a l’alcoolisme plus tard dans la vie
  • La consommation de stupéfiant chez les filles n’est pas associée aux revenus des parents, ni au niveau d’étude mais à la surveillance et le suivi parental
  • Etre mère comporte une part de deuil: mieux les enfants auront été accompagnés et plus ils partiront loin probablement

Et concrètement, on fait quoi?

Les points suivants sont tirés du livre eux aussi mais sont de l’ordre de ce que l’on peut tenter de mettre en place au quotidien en tant que parents. Ca sonne un peu comme une charte du bon parent, l’intention n’est pas de moraliser mais bien de nous faire réfléchir (c’est d’ailleurs la posture adoptée par S. Biddulph tout au long de l’ouvrage). Voilà un sélection de conseils pratico-pratiques que j’ai pu dénicher:

  1. Ne partons pas du principe que les filles ne font pas ceci ou cela sous prétexte que ce sont des filles
  2. Réflechissons bien avant de leur faire faire des activités extra-scolaires organisées qui impliquent une forme de performance et de compétition. Les activités où les enfants sont simplement ensemble et apprennent chacun à leur rythme sont préférables
  3. Si nous sommes cap de dire à notre fille "ça ne me plait pas" ou "ce n’est pas bien", elle sera aussi capable plus tard d’utiliser ces mots
  4. Le contact avec la nature est essentiel, dans des vêtements bien confort et cracra c’est encore mieux!
  5. Mêlez-nous le moins possible des conflits entre enfants, sauf si bien sûr une menace de violence se profile. Les amies font partie du long cheminement qui éloignera une fille de la seule dépendance de papa et maman et qui lui apprendra les compétences humaines.
  6. Les filles dans l’idéal ont aussi besoin d’amies de tous les âges pour côtoyer à la fois des personnes qui leur donnent des ailes et d’autres qui ont besoin d’elles. Offrons leur des occasions d’être proches d’une tante, d’une marraine, des cousines plus âgées ou des copines de sa petite soeur.
  7. Soyons son modèle en matière d’amitié: l’empathie s’apprend en voyant d’autres en faire preuve, ou encore en restant calme dans des situations tendues
  8. Même si nous supportons mal la tristesse de nos enfants, n’essayons pas à tout prix de l’évacuer au plus vite (grâce à un jouet, un bonbon) mais accompagnons nos enfant à y faire face
  9. Apprenons à nos fille à danser, rire, faire les folles, être libres, pour que leur aptitude à la joie grandisse
  10. A l’adolescence, soyons leur interlocuteur privilégié avec lequel elles vont s’opposer, se disputer, argumenter.
  11. Prenons conscience des enfants idéaux dont nous avons rêvés, ne sous-estimons pas la puissance de ces rêves pour éviter à nos enfants d’avoir à porter le sentiment qu’ils nous déçoivent
  12. Les filles n’ont pas besoin de copains supplémentaires mais de parents qui n’hésitent pas à perdre un peu de leur popularité en se montrant responsables  et en imposant des heures de retour, en allant les chercher a l’heure convenue, en disant non à l’alcool.
  13. Evitons de laisser nos filles devant les publicités: pour vendre, le marketing s’attaque à leur assurance concernant leurs amis, leur apparence, leur poids, leurs cheveux,…
  14. Disons clairement à nos filles qu’être en sécurité et respecté est un droit et qu’elles le méritent
  15. Aidons les à chercher leur étincelle, ce qui les fera vibrer dès l’âge de 10 ans.
  16. Au cours de conversations aimantes, faisons preuve de fermeté et de négociation bienveillante mais ferme quand aux lieux et personnes fréquentés
  17. Instituons un temps sans écran avant d’aller se coucher, pourquoi pas un panier ou chacun dépose son portable pour la nuit?
  18. Veillons aux bonnes vibrations du foyer pour en faire un havre de paix, un refuge pour nos filles

Finalement les meilleurs conseils de Steve Bilddulph dont j’ai définitivement décidé de m’inspirer dans ma vie de mère:

"N’éduquez pas, amusez-vous!"

"Aimez votre fille et continuez à faire de votre mieux…"

Parent de petites ou grandes filles, futurs parents, je vous conseille ce livre!

poupetteworld_logo_lectureparents.jpgC’était ma contribution à la rubrique Lectures de Parents de Poupette World. Merci pour cette intiative et cette date butoire du deuxième jeudi du mois sans laquelle je n’aurais jamais pris sur mon temps de sommeil pour rédiger ma petite synthèse de ce livre oh combien riche et marquant!

Happiness

Notre semaine en quelques photos pour se souvenir des belles choses. Parmi le travail, les courses, (et la crise de colère qui va bien), il y a toujours de petites pépites à dénicher…

Une matinée seule à la maison à profiter de ces instants précieux de sérénité pour traîner, continuer un bouquin, envoyer des messages aux copines…Je reçois l’info: Hanaé s’éclate au parc pendant ce temps. PicsArt_1449309674632

Les préparatifs pour Saint-Nicolas: peinture partout assurément! Pas de commentaires sur la tête de Saint-Nicolas qui ressemble au Père Noel ni aux cotons qui remplacent la ouate. DIY avec le matériel dispo!PicsArt_1449309517544

Festivités de Noël enfin ouvertes avec l’explication 15 fois par jour du concept du calendrier de l’avent "Ah non poussin, c’est UNE pochette par jour!!" repérage dans le temps…pas encore gagné. Le chocolat par contre…

PicsArt_1449309707191

On essaye de faire diversion avec des livres sur le sujet! Et des musiques! PicsArt_1449310221229

Exploitation du dernier livre de Jamie Oliver. Couscous à la grecque…un délice! PicsArt_1449309641279

On s’est lancée dans notre mini potager de plantes aromatiques sur le balcon. Un peu trop de flotte, j’espère ne pas avoir noyé les semis. On a la main verte à la maison…et de la terre plein les chaussettes! PicsArt_1449309573192

Bonne semaine à tous (à Doha la semaine débute le dimanche et je ne m’y fais toujours pas…) Si vous avez des conseils "Jardin et loisir", n’hésitez pas.

10 accessoires indispensables à moins de 3 euros pour un Noël chic

Cet aprem, ça sentait bon Noël à la maison…premier sapin pour Hanaé, ouf, la magie de Noël est passée de mère en fille! Elle est du genre à s’extasier du haut de ses 2 ans en faisant des "waaaaaaaw" et beaucoup de rires. Elle a aimé participer à la déco du sapin et s’est appliquée à choisir et poser les boules (jusqu’au moment où elle a eu envie de tout flanquer par terre parce que ça commençait à être long).

Le matin on avait été choisir nos déco en écoutant "Mon beau sapin" dans la voiture en passant à côté des palmiers, c’était cocasse. Ceci dit, j’ai été agréablement surprise du choix dans les magasins de Doha! Lors de notre première visite il y a deux ans, je ne me souviens pas d’autant de déco, sapins, guirlandes, moules à gâteau en lien avec Noël. Et c’est tant mieux!

Pour la Chronique Christmas de cette semaine, voici donc ma sélection de petites babioles sympas chinées ici ou sur internet et qui feront d’après moi la différence pour un Noël chic et réussi!accessoires-de-maison-decoration-renne-au-nez-rouge-en-5908611-renne2-44f91_570x0

  1. Accessoires à imprimer pour un photobooth de Noël

Un photobooth met toujours un peu d’ambiance dans une soirée et amuse les touts petits comme les plus âgés! Un photobooth c’est surtout la belle promesse de photos inoubliables! Il suffit d’imprimer quelques images sur du carton, les coller sur des bâtonnets en bois et le tour est joué! On trouve pas mal d’ensembles imprimables et gratuits. il_570xN.518656869_sbv9

Vous pouvez aussi vous procurer des chapeaux de Noël divers. Grande tradition familiale chez nous avec surenchère de bonnets de Noël plus originaux les uns que les autres. Perso, j’ai un faible pour celui-là (je sais, j’avais dit chic dans le titre, pardonnez-moi): chapeau-de-noel-cheminee

2. Les crackers de Noël

Pas les biscuits mais ces petits paquets qui font des bruits de pétards quand on les craque! Il s’agit d’une tradition anglaise. On dispose les crackers sur les assiettes des invités. Les voisins de tables tirent alors sur les extrémités et libèrent le contenu. C’est convivial! crackers de Noel eco-responsable

3.  Décoration poptop pour habiller ta bûche de Noël

J’ai opté pour le thème Artic Icing avec des pingouins trop cute! 3 euros pour rendre la bûche ou le dessert de Noël trop joli! 
penguin_poptop2

4. Une tête de cerf en matières de récup’

Je suis très cerf et renne pour ma déco de Noël (au fait si tu veux connaitre la différence entre un cerf, un renne, un caribou, un élan, tu peux lire ça) Bien sûr je déteste l’idée d’une vraie tête de cerf dans une maison mais j’adore l’idée d’une fausse DIY. Vous trouvez le tuto ici.

ce5b2af68e167807de129848004e4fe9

The place to be pour trouver des idées de jolie déco originale c’est Pinterest avec des milliers de belles choses téléchargeables.

J’ai aussi craqué sur ce stickers tête de cerf à faire en making tape. feeb9fbafab1399399e31908492ce585

5. Un calendrier de l’avent original 

Je n’avais pas trop le courage de réaliser un calendrier de l’avent DIY, même si la toile regorge d’idées très originales et faciles à réaliser. Je me suis laissée tenter par l’achat d’un sapin en tissu avec 24 pochettes. Il me suffira de trouver de chouettes idées pour les remplir.

J’ai justement découvert une idée trop sympa des Editions Midi Trente: des cartes avec activités à faire en famille ou petits privilèges à accorder.Calendrier de l'avent original

Pour remplir les pochettes, j’ai opté pour un mix entre du chocolat et des petites cartes qu’Hanaé aimera: une heure au gogo du coin (toboggan), une glace après la crèche, un dessin animé à regarder avec maman, écouter ses chansons en voiture pendant une journée, faire un gâteau, etc.

6. Les sachets de cookies de Noël à offrir

cookies de NoelJ’aime bien offrir quelques biscuits joliment emballés aux proches avec qui je vais partager la fête de Noël ou aux personnes que j’irai voir les jours d’avant et d’après. Ca me permet d’utiliser mes moules de Noël au moins une fois par an et puis hop petits sachets déco et masking tape du magasin Hema: résultat parfait! Je vous invite à jeter un oeil sur les déco Hema de cette année, des tas de petits articles à moins de 3 euros valent le détour (ici). Et pour les cookies, tu trouves une jolie recette là.

Sachet deco Noel Hema

7. Accessoires pour customiser ton pull 

J’ai trouvé ça super cool et tellement kitch! Mais si on ne se permet pas du kitch à Noel…alors quand??? A toi le bonhomme de neige, la chaussette ou la tête de cerf sur ton t-shirt grâce au coffret Christmas Jumper. Chiche! Je le fais! En hommage à Mark Darcy…La boîte dépasse 3 euros mais séparément il y a moyen de trouver des petits bouts de tissus et déco récup pour pas grand chose. Tu peux aussi zapper ce point too much. Kit accessoire pour customiser pull de noel

8. Les étiquettes à imprimer 

Je craque sur les étiquettes à imprimer ici sur le blog Histoire de Lin. Etiquettes de Noel à imprimer

Et il y a des milliers d’autres modèles sur Pinterest.

9. Le sapin de photos pêle-mêle noir & blanc 

Alors ça c’est magnifique! J’adore! Les invité de Noël seront ravis de découvrir les photos de la famille. 056333f12159315ed8fbbb2e69565c0b

10. La déco de table en gâteau au chocolat/fraise 

A déguster en fin de soirée avec du champagne, miam. Trop beau! bonnet noel chocolat et fraise

En bref, hâte de rentrer en Belgique à Noël pour profiter en famille. Encore 3 semaines de patience…

Chronique Christmas #1

Le cododo long: c’est mal?

On parle d’allaitement long quand ça dure et bien le cododo ça doit être pareil non? Ton enfant marche, parle, il a des dents…mais il partage encore ton lit.

Hanaé à 27 mois passe toujours une partie de ses nuits dans notre lit. Bien sûr elle a sa propre chambre, ça me semble carrément indispensable, avec son espace, ses jouets et elle s’endort chaque soir dans son lit.

Il s’agit plutôt d’un semi-cododo (ouf ça va déjà mieux). Elle arrive dans notre lit en milieu de nuit, jamais après 4h45, parfois avant minuit.

Bien sûr on ne serait pas contre de nous réapproprier notre lit pour la nuit complète mais on connait la recette à appliquer. Et impossible de s’y résoudre (laisser pleurer 5, 10, 15 minutes, sauf qu’elle peut sortir de son lit de grande et donc ça signifie la laisser hurler derrière la porte fermée à clé). Même si le cododo me pèse parfois, au point de passer la nuit sur le canap, c’est donc un cododo bien consentant. Evidemment la question du cododo ne se serait jamais posée si j’avais eu un enfant qui "fait ses nuits" très tôt.

Comment on en arrive au cododo long?

Comment s’est arrivé? Et bien…tout bêtement. Un déménagement tardif dans un appart 2 chambres, une chambre partagée pendant 2 ans, un bébé qui avait une fréquence de réveils élevée, qui se fichait éperdument du doudou et bing, voilà comment son lit s’est retrouvé collé au mien. Pour pouvoir lui filer ma main la nuit sans sortir de mon lit. La flemme, encore elle! Mais quand tu travailles, le réveil sonne à 5h30…voilà, voilà!

Tout a commencé peut-être avant, avec mon choix de berceau spécial cododo pour ses premiers mois de vie, un berceau génial qui se fixe au lit. Elle a pris l’habitude de s’endormir à mes côtés, de pouvoir me toucher en tendant seulement son petit bras. Je ne regrette pas ce lit, il était super pratique et sécure. Non c’était pas ce modèle-ci mais pour le plaisir je vous partage un que je viens de voir sur A Little Market.  autres-bebe-berceau-lune-artisanal-en-pin-en-co-15620979-lit-vila-web-00-jpg-6d528_big

Est-ce que ça nous gêne vraiment dans le fond?

J’ai regardé un extrait des Maternelles qui m’a bien interpellée! Un médecin expliquait sa vision des réveils nocturnes et cododo: les parents inconsciemment chercheraient cette situation. C’était une période au cours de laquelle mon mari et moi étions un peu à bout de la situation. J’ai été outrée…mais dans le fond c’est pas faux!

Le médecin donnait un conseil intéressant, il conseillait de se demander ce qui était vraiment dérangeant dans la situation.

Pour nous: pas de problème d’intimité, nous avons notre chambre à nous pour la soirée. Pas de problème de place: le lit est grand. Lui part 20 jours par mois, et retrouver Hanaé qui vient s’endormir au creux de son bras entre deux jet-lag, c’est un moment de retrouvailles pour tous les deux.

Bref tout est devenu clair: on devait s’en prendre à nous même, assumer le choix de ne pas vouloir la laisser pleurer. On a fait un point un soir et on s’est fixé cette règle : qu’elle s’endorme systématiquement dans son lit. Depuis, aucun changement de situation, mais nous avons accepté d’être en accord avec nos pratiques. On assume, tout simplement. Et on le vit beaucoup mieux! Le soir on n’en est plus à espérer qu’elle passe une nuit complète dans sa chambre, on sait qu’elle viendra quand elle en aura besoin.

Cododo et regards des autres

Ce qui nous gêne vraiment dans le fond? Inconsciemment le regard des autres sans doute? Le fait d’avoir grandi avec cette idée que l’enfant ne peut surtout pas venir dans le lit des parents, les conseils entendus aux parents d’enfants malades qui investissent le lit conjugal "si tu commences comme ça, t’es foutu!"

Et puis des milliers d’études semblent dire que le cododo est dangereux. Même si on parle de nourrisson, cette idée rentre dans l’inconscient collectif. Sauf qu’il a été démontré que ces études ne sont pas fiables et mélangent tout un tas de facteurs explicatifs. L’être humain est le seul à infliger une telle séparation dès la naissance à ses "petits", ne l’oublions pas. Je sais c’est un argument de maternage proximal et on avait dit qu’on ne parlait plus de ça!

Pourquoi le modèle japonais serait débile?

Au Japon, toute la famille dort dans la chambre des parents, même plus grands, les enfants (qui ont leur chambre pour jouer et faire les devoirs par exemple) ont un matelas à côté du lit des parents.

Mieux, au Texas, une maman de 5 enfants en avait juste raz-le-bol de ne plus dormir suite aux multiples réveils de sa marmaille. Elle a pensé et créé un meuble tout à fait novateur et libéré par la même occasion 4 pièces de sa maison. Le tuto se trouve sur leur blog ici.

un-seul-lit-pour-toute-la-famille-5

Chacun peut garder une pièce qui lui est dédiée, son espace perso et pour le dodo, une seule sleeping room en commun. Pourquoi pas un modèle qui repense totalement l’aménagement de la maison? J’aime bien le côté tanière.

Un peu extrême peut-être mais à réfléchir en fonction des situations, dans le cas des familles avec plusieurs enfants en bas âge par exemple! Why not?

Ben les psychanalystes, encore eux!! Ils flippent en parlant de problèmes de développement pour plus tard, ils disent que d’une manière ou d’une autre l’enfant participe à la sexualité des parents (si les parents font l’amour ailleurs que dans leur lit, les enfants participent au "scénario sexuel"…euh y a parfois un petit souci d’extrapolation non?) Et puis il y a ce truc incestueux qui crée des angoisses…toujours un problème de sexe les psychanalystes. Je ne suis pas d’accord. Ceci dit! Attention bien sûr de ne pas entrer dans une fusion malsaine pour l’enfant qui grandit!

Cododo long, jusqu’à quel âge?

Après, comme me disait une collègue qui a fonctionné à peu près comme nous en acceptant ses enfants dans son lit en pleine nuit, il arrive un moment où les enfants émettent le souhait de dormir à nouveau seuls la nuit complète. A nous d’être à leur écoute! Dès 3 ans, ses enfants ont montré un intérêt pour leur lit perso et vers 4 ans, ils ont repris le chemin de leur chambres définitivement.

Dans la mouvance "family-bed" qui vient des Etats-Unis, on attend que l’enfant réclame son propre lit. Je ne suis pas d’accord non plus. Je pense que si le rôle des parents est bien sûr de sécuriser l’enfant, le véritable enjeu est surtout de favoriser leur autonomie. De la même manière qu’on leur apprend à lâcher la couche au profit du pipi sur le pot, il est essentiel de favoriser l’individualité et l’indépendance des enfants par rapport au lit des parents. Pas question de créer la fusion qui empêchera un développement optimal de l’enfant. Pire, de placer l’enfant dans une sorte de loyauté qui lui donnera l’impression de ne pas pouvoir abandonner ses parents au profit de sa liberté et de son indépendance.

Se questionner sur les intentions profondes

"S’agit-il d’une réponse à un besoin de l’enfant ? S’agit-il pour eux d’être des parents parfaits en adoptant un prosélytisme en vogue, mais en restant aveugles aux besoins réels de leur propre enfant, petit être individuel et unique ? S’agit-il enfin, d’une réponse à l’angoisse personnelle du parent (et non de l’enfant) qu’il est incapable de gérer ; dans quelle position place-t-il alors l’enfant ?"

En bref, pour que le cododo soit sain, il ne doit pas servir une mauvaise cause: maintenir une distance sexuelle avec un mari dont on n’a plus envie, se sentir super maman en suivant le mouvement de maternage dans l’air du temps, remplacer un conjoint absent ou autre.

J’ai bien aimé la conclusion d’un article qui met en garde contre les dégâts et causes cachées du cododo "le cododo, une pratique à placer au coeur de l’intérêt de l’enfant": Le cododo doit se pratiquer en pleine conscience, ne pas être un choix définitif mais un choix remis en question chaque soir.

Donc c’est compris, le soir en l’endormant dans son lit, elle doit savoir qu’elle a le choix. On lui rappellera aussi souvent que possible qu’elle grandit et que son lit, c’est bien aussi!

C’était ma participation aux Jeudis Education de Wondermômes.  Ils parlent d’éducation aussi:

macaron-rdv-education

WonderMômes "Maman, ça fait quoi d’accoucher ?"

Félie et ses Monstres Gentils  "Aider son enfant à devenir autonome pour s’habiller"

Parent Ultime "Comment éviter la guerre des devoirs"

Papa Blogueur "3 supers méthodes pour que ton enfant s’habille tout seul"

Bulles de Plume "S’habiller toute seule comme une grande"

Maman Taupe les et Littles "Apprendre à s’habiller seul"